24 février 2021: « You can’t control the economy without controlling people…

hayek du cerveau a l'economie

« You can’t control the economy without controlling people. So we have come to a time for choosing “.

Ronald Reagan, « A Time for Choosing », Nationally televised speech, 1964.

 https://www.youtube.com/watch?v=qXBswFfh6AY

Reagan n’était pas encore le futur candidat à la Maison Blanche que l’on connait, mais présentateur vedette du General Electric Theater qu’ il animait tous les dimanche sur CBS  ; une sorte de grande foire à la gloire de l’American Way of Life, et bien sûr aux articles électro-ménagers de la marque GE.   

Je ne peux m’empêcher aujourd’hui d’aller revoir ce discours, et me dire que nous sommes à nouveau à la croisée des chemins. Corona oblige !

Pour quel -isme ?  Reaganisme, thacherisme, néo-libéralisme,  socialisme, populisme, macronisme, obscurantisme, despotisme … ?  Pour paraphraser Benjamin Franklin, rien n’est certain dans ce monde, sauf les impôts et la mort. Il me semble pourtant qu’une troisième chose est inéluctable : « il n’y a pas de « free lunch » ! Alors, une question se pose : « à quelle sauce allons-nous être mangés ?

Lorsque l’histoire se répète…

Comme l’écrit Thierry Aimar à propos de l’économiste et prix Nobel  Friedrich Hayek dans son remarquable livre Hayek, Du cerveau à l’économie (2019) : « La crise vient donc des politiques monétaires, et ce n’est pas en poursuivant l’expansionnisme monétaire que l’on trouvera le chemin de la croissance et d’une économie saine. Bien au contraire (…). C’est la fuite en avant (…). L’explosion, toujours repoussée, sera d’autant plus violente qu’elle est inévitable (…). Les récentes avancées de la psychologie économique (ce qu’on appelle économie comportementale, Kahleman, et de la neuro-économie, Glimcher,  Aimar) ont démontré que le cerveau humain, pour éviter des pertes certaines du présent, est prêt à accepter le risque de subir des pertes encore plus importante, si elles sont reportées vers le futur ». Bref, Il faut apprendre à prendre ses pertes avant qu’il ne soit trop tard, ou pour utiliser une expression d’Hayek : cela revient à « tirer un tigre par la queue ».

https://www.michalon.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=500665

Le libéralisme ne se réduit pas à l’économie …

Mais il y a plus grave, nous dit Hayek : Ce qu’on abandonne peu à peu, ce n’est pas simplement le libéralisme, mais «  l’individualisme que nous avons hérité d’Erasme et Montaigne, de Cicéron et Tacite, de Périclès et de Thucydide ». 

Céline écrivait « l’histoire ne repasse pas les plats ». Et si l’histoire nous jouait un mauvais tour, et nous repassait les restes. La peste a décimé les armées de l’empereur-philosophe Marc Aurèle, les guerres ont vidé les caisses de l’empire, et son fils Commode a mis fin à l’âge d’or de Rome.

 Je ne peux que vous conseiller de lire le livre de Thierry Aimar ; qu’une petite centaine de pages, mais chacune nous fait diablement  réfléchir.

A bonne entendeur, salut !

A mercredi prochain.

#ronaldreagan #hayek #economie  #neuroeconomie  #philosophie #covid #corona

Victor de Bock

 

Partagez sur:

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.