10 février 2021: Des trente glorieuses aux trente massacreuses …

Des trente glorieuses au trente massacreuses …

Des trente glorieuses aux trente massacreuses …

Sous le titre, Les riches font-ils le bonheur de tous ?, le sociologue Zygmunt Bauman fait un constat que l’on pourrait résumer de la façon suivante:

  • Les trente glorieuses (1946-1975).     
  • Les trente désastreuses (1975-2007).
  • Les trente massacreuses (2008-2038).  

https://www.dunod.com/sciences-humaines-et-sociales/riches-font-ils-bonheur-tous-0

On serait passé en quelque sorte d’un Etat-Jardinier (destiné à trier ce qui est utile et ce qui est nocif) à un Etat-Providence (destiné à faire le bonheur de tous), pour enfin arriver à un Etat-Garde-de-Chasse (destiné à assurer un ordre social où chacun serait livré à lui-même).

D’un capitalisme ouvrier à un capitalisme de consommation.

Ce n’est plus, « je pense donc je suis », mais « j’achète donc je suis ». « Ne pensez pas ! Dépenser ! », nous dit Dany-Robert Dufour dans son ouvrage Le Divin Marché.

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Folio/Folio-essais/Le-Divin-Marche

Ce serait une sorte prise de pouvoir indirecte des multinationales sur les esprits.

Du citoyen-producteur au citoyen-consommateur, « le chemin du bonheur n’est plus celui de la solidarité, de l’amitié et de l’amour mais il passe désormais par les centres commerciaux et les produits électroniques ».

De la prolétarisation des ouvriers à celle des consommateurs, « pour absorber la surproduction, les industriels ont développé des techniques de marketing visant à capter les désirs des individus afin de les inciter à toujours acheter davantage ». 

Mais il y aurait plus grave encore. Le passage de la télé  à la télé-réalité. Cette dernière fait que « les jeunes stars d’aujourd’hui sont celles qui qui ressemblent le plus à ce que veut la « famille », c’est-à-dire une foule de troupeau (…) naguère, on ne pouvait devenir célèbre qu’en présentant un trait distinctif singulier (…) désormais, je suis célèbre lorsque je réponds au plus vite et mieux à ce que les autres veulent de moi ».

Internet et ses réseaux sociaux auraient fini par mettre le dernier clou dans ce cercueil social. Ce n’est plus le metteur en scène ou le producteur qui peuvent décider de vous éjecter, mais vous

Les trente radieuses ?

Bauman nous fait une prédiction : un modèle économique qui permet aux membres les plus riches de la société d’accumuler une part toujours plus grande du gâteau finira par s’autodétruire.

On peut ne pas être d’accord, mais c’est quand même interpellant. Bien sûr, entre temps, la crise du COVID19 est passée par là.  Pour quels changements de paradigmes ?  Qui devra payer la dette (il n’y a pas de « free-lunch ») ?  Verrons-nous l’établissement d’un revenu universel ?  Serons-nous tous en burn-out ?  Aurons-nous enfin trouvé le bonheur ?

https://www.fr.fnac.be/a13237160/Victor-De-Bock-Trois-burn-out-sinon-rien

Toutes les portes restent ouvertes à un monde qui ne demande qu’à se réinventer pour donner tort à Nostradamus-Bauman, et pour  faire des prochaines années « les trente radieuses ».

Bref, libérez rapidement les jeunes de leur confinement ! Il y du pain sur la planche.

A bonne entendeur, salut !  A mercredi prochain.

Victor de Bock

#libéralisme #inégalité #covid #burnout #confinement #capitalisme  #revenuuniversel

Partagez sur:

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.